PROPAGANDE

L’art dans la baston : la Capoeira

Posté par 108883 le 30/07/2022 pour le secteur ART
🌍 Article public ⸱ Validé par n°112131
  1. La capoeira, qu’est-ce que c’est ?

    La capoeira est un art martial qui mobilise toutes les parties du corps afin d’en faire une danse stylisée et rythmique, avec de la musique, dans un cercle de spectateurs. C’est beaucoup plus agréable à regarder que d’autres arts martiaux, comme les combats de MMA.

    2. La capoeira, d’où ça vient ?

    Cette tradition séculaire est née au Brésil lors de la traite négrière. Cet art martial est totalement indissociable de l’esclavagisme des colons portugais. Par ailleurs, « capoeira » signifie « poulailler » en portugais. Il s’agit de l’endroit ou dormaient les esclaves. Une autre étymologie du mot serait une référence au capa, grand panier porté sur la tête par les esclaves. Il y a un tas d’explications différentes qui se valent toutes. Il faut savoir que les origines de la capoeira sont très floues : comme il était pratiqué par les esclaves africains personne ne l’a vraiment documenté… pensant qu’il ne s’agissait que d’une autre « brincadeira » d’esclave (jeu ou divertissement en portugais). A la base, comme les déportés africains avaient les mains emprisonnées, cet art martial se pratiquait surtout avec les pieds, près du sol, pour reproduire les mouvements des animaux. Il était surtout clandestin : les colons n’avaient strictement aucun intérêt à ce que les esclaves sachent se battre, et donc se révolter. Lorsque les maîtres approchaient, le caractère belliqueux de la capoeira était masqué par les chants et la musique.


    3. La capoeira de nos jours

    Au XXe siècle, la capoeira est pleinement reconnue comme part entière de la culture brésilienne, et même classée au patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2014, preuve de son enracinement profond. Les enseignants de cet art ont migré essentiellement en Europe et aux Etats-Unis pour fonder des écoles, qui se comptent par centaines dans les pays développés. La capoeira est représentée également dans les festivals d’art martiaux au même titre que le judo ou la boxe anglaise, auxquels elle a repris certains codes. Aujourd’hui, la capoeira a bien évolué : on utilise aussi des paos, des pattes d’ours, pour asséner de véritables coups, plutôt qu’une danse.


    Pour en savoir plus, je vous invite à lire les articles de Karaté Bushido.
10 commentaires
()
J’aurais toujours aimé en faire, je trouve cet art martial / danse très beau à regarder.
Mais bon à 37 ans maintenant c’est un peu tard :D
()
Alors Triad, pourquoi existe la maxime "il n’est jamais trop tard",
Surtout si tu as toujours voulu en faire ?
Bon, apparemment, il faudrait avoir une base sportive pour la capoeira ;)
Cependant, en encouragement, ma grand-mère (qui ne faisait pas de vélo comme les autres... a appris à nager et à skier à 50 ans ;)
()
Peut être qu’un jour je me laisserai tenter, qui sait ;)
Mais oui je pense qu’il faut de base une bonne condition physique. J’ai pas de problèmes particuliers, mais je suis déjà très grand et je pense pas avoir la masse musculaire pour bien exécuter les mouvements, même de base.
()
J ai souvenir d en avoir vu avec de la musique traditionnelle, sur une plage
Hypnotisant
()
Pour Triad:

A 37 ans tout est possible! Bon j’ai un an de moins que toi, mais je me refais une seconde jeunesse! Go go! Les projets n’attendent pas! Et avoir aucun regrets là dessus!
()
Je suis allée à une session de capoeira avec un ami... je ressemblait à un petit crabe hyperactif -_-‘

Mais voir des professionnels en faire c’est aussi beau qu’impressionnant.
()
C’est vrai quand on commence a regarder on peu plus détourner le regard. c’est prennent.
()
Un art martial redoutable, masqué, magique comme une danse envoûtante. Avant de le comprendre vous êtes déjà "au tapis" ,là il vous reste à rêver un jour ...Peut-être
()
Je le vois plus comme une danse pour entrer en transe, un peu comme le vaudou. C'est artistiquement beau à regarder. Difficile à faire avec une jambe dans le plâtre.
()
Cela me rappelle les détenus au sein des centres pénitentiaires qui mettent en place des codes et des comportements que les gardiens ne comprennent pas tout de suite.

"Continuer à exister à tout prix ! Dans un espace de liberté que l’on pourra jamais nous ôter !"
(Vous n'avez pas (encore) les droit necessaire pour répondre à cette article)
© 2003-2022 [paranoïaque] - Réseau social discret -