PROPAGANDE

Profil - Tant que le café est encore chaud

Posté par 4444 le 09/11/2022 pour le secteur LIRE
🌍 Article public ⸱ Validé par n°4444 ⸱ 121 lecteurs



[Epitomé]

"Dans une petite ruelle de Tokyo se trouve Funiculi Funicula, un petit établissement au sujet duquel circulent mille légendes. On raconte notamment qu’en y dégustant un délicieux café, on peut retourner dans le passé. Mais ce voyage comporte des règles : il ne changera pas le présent et dure tant que le café est encore chaud. Quatre femmes vont vivre cette singulière expérience".

[Avis]

Alain Souchon a chanté Les regrets. Oh, les regrets, les regrets, les regrets. C’est bien la chanson qui devrait se jouer au Funiculi Funicala. Car des regrets, beaucoup d’habitués de ce café en ont. Mais qui n’a pas des regrets ?
Et si nous pouvions retourner dans le passé ou dans le futur sans y changer le présent ?Et si nous pouvions tenter de réparer, sans le modifier, un acte manqué, une parole oubliée. Et si un café encore chaud pouvait réchauffer notre âme meurtrie. Le ferions-nous ? Oserions-nous ?

Dans ce récit, quatre personnes vont faire l’expérience de ce café. Pourtant les risques sont là. Les règles sont bien précises et personnes ne peut y déroger. Il faut revenir, au présent, avant que le café ne devienne froid. Sinon tout aura été fait pour rien et la tentation de ne pas terminer son café est grande. Mais tout cela mérite t-il d’être bloqué à jamais. Les regrets présents surpassent-ils les regrets passés ?

J’ai beaucoup aimé ce roman. Introspectif, contemplatif, lent, très lent, mais aussi et surtout plein d’espoir malgré la tristesse qui nimbe les récits. Malgré tout, c’est doux comme un doudou et comme le dit si bien le proverbe : l’espoir fait vivre. Vivre malgré l’absence, la perte et l’oubli. Continuer sa vie et de faire ses choix. Je reconnais de m’être volontiers plongé dans ce café sans avoir réussi à le boire. Me voilà toujours à attendre que mon tour ne vienne. Toujours perdu dans les vapeurs à chercher où je voudrais retourner. La dame blanche ne semble pas concevoir à laisser sa place. J’attends. Et j’attendrai. De toute manière, il y a peu de place au Funiculi Funicala et j’aime les choses biscornues.

[Citations]

■ "Mme Kôtake sentit son coeur s’accélérer quand elle comprit que c’était son propre corps qui ondulait. Elle était en train de se transformer en vapeur de café. Le paysage autour d’elle s’était mis à défiler de haut en bas. Elle s’était changée en vapeur et elle remontait le temps".

■ "Sous l’effet de l’attraction terrestre, l’eau coule de haut en bas. Nos âmes exercent une force d’attraction, elles aussi. Face à quelqu’un qu’on estime et en qui on a confiance, on ne peut pas mentir. On ne peut pas s’empêcher de se montrer sous son vrai jour. En particulier dans les moments où on essaye de cacher sa tristesse ou ses faiblesses".

■ "L’homme n’est pas capable d’appréhender objectivement ce qu’il voit et ce qu’il entend. Les informations qu’il reçoit sont déformées par son expérience, sa pensée, les circonstances, ses fantasmes, ses goûts, ses connaissances ou encore sa conscience."

■ "Elle savourait de tout son coeur le bonheur d’avoir retrouvé le temps perdu".

■ "En fin de compte, qu’on aille dans le passé ou dans le futur, le présent ne change pas."


[Références]

Tant que le café est encore chaud. Koshikazu Kawaguchi. Traduit par Miyako Remondet. Littérature japonaise. Edition : Le Livre de Poche. 240 pages. 2022. ISBN : 9782253940920. Prix : 7,40. Existe en version audio.

[Sources et crédit photo]

© Le livre de poche - Babelio.

8 commentaires
()
Il est sur ma liste mais, comme toi, d’autres m’ont dit qu’il était particulièrement lent donc je n’ai pas encore sauté le pas.

Merci pour cet avis
()
Bonjour LIRE,

J’avoue que ce livre me donne très envie. Maintenant tu stipules tout de même qu’il est très lent. je me tâte beaucoup, mais je dois avouer qu’"il" me parle.

Grand merci pour cette découverte et ton avis.
()
Toi, écrire un article dont le titre sonne "café" ?
Choqué je suis. :]
()
Oh c’est le livre dont tu parlais lorsque le « cocktail » aux mots brumeux qui proviennent du thé fumant est apparu.

Ce livre invite à un voyage de lecture contemplatif et posé, je le lirai quand je serai moins agitée, pour savourer la lecture comme un thé chaud. ^_^
()
Il est dans ma PAL évidemment, je ne lis pas pour ne pas me gâcher le plaisir, je reviendrai quand je l’aurai lu
()
L’idée est sympa. Mais comme d’autre si déjà toi tu precises que c’est très lent. J’ai quand même peur de ne pas accrocher.
()
Ma liste est déjà tellement interminable, est-ce bien raisonnable d’y en ajouter ? ;)

Merci pour ce joli retour en tout cas. ;)
()
Ah ! C’est le prochain de la PAL !
Donc je reviendrai lire ici plus tard. ;)
(Vous n'avez pas (encore) les droit necessaire pour répondre à cette article)
© 2003-2022 [paranoïaque] - Réseau social discret -