PROPAGANDE

Rousseau - Toi, moi, écrivains ?

Posté par 68175 le 10/10/2022 pour le secteur LIRE
🌍 Article public ⸱ Validé par n°4444 ⸱ 132 lecteurs

Peut-on s’improviser, voire devenir écrivain ?


Selon la définition, un écrivain est celui qui compose des livres. De fait, il est simple de répondre à la question par un grand OUI. Cependant écrire un livre est-il si simple que cela ?

Le don de l’écriture peut être considéré comme inné, mais il se travaille et se façonne. C’est un travail de longue haleine, qui demande passion et ténacité.
Pour savoir écrire, il faut indubitablement savoir lire. L’un ne va pas sans l’autre. Et pour savoir lire, aucune autre solution que de manger des bouquins, encore et encore. Autant dire qu’il faut avoir la fibre littéraire !
Pour manier les mots à la perfection et transcrire par l’écrit des scènes que l’on a en tête, il vaut mieux avoir une bonne maîtrise de la langue, d’où l’intérêt de la lecture intensive. Plus on a de vocabulaire, et plus simple sera la pose par écrit du fruit de notre imagination.
Se pose ensuite un problème connu de tous : l’influence de l’écriture de nos auteurs préférés sur nos propres écrits. Etre influencé oui ; copier, non.
En effet, on connait quelques écrivains qui ne sont qu’une pâle copie de leur écrivain favoris. Comment ne pas se mettre à écrire façon Nothomb quand on ne lit qu’elle, ou comment ne pas se prendre pour Zola quand celui-ci fait partie intégrante de notre vie ? Trouver son propre style n’est donc pas si simple que ça, surtout si l’on manque un peu de génie.
Si on possède son propre style ainsi qu’une bonne écriture, on peut alors peut-être réussir à envoûter les lecteurs ( à condition qu’ils puissent s’identifier à l’histoire ou au personnage ). On peut alors s’improviser écrivain.

Un autre problème est soulevé par le fait d’être écrivain. Dans l’esprit de tous, écrivain veut dire être publié. Mais est-ce si simple ? Et est-ce que cela est gage de qualité ?
Encore faut-il savoir se remettre en question pour accepter la critique et les jugements, de façon à obtenir un avis objectif sur le fruit de son travail. Voir son œuvre être publiée ne veut pas dire qu’elle sera vendue, il ne vaut mieux pas être écrivain dans l’espoir de gagner de l’argent sinon la déception sera grande. Pour être découvert, connu et reconnu dans ce milieu de loups, il faut impérativement faire preuve d’un grand acharnement et d’une véritable confiance en soi.

Mais écrire n’est-il pas quelque chose d’intime ? Faire sortir de sa plume ce que l’on a de plus profond en soi, une vraie sincérité, une imagination toute personnelle. Est-ce à la portée de tous ?

Selon moi, on peut s’improviser écrivain si on a le talent nécessaire, et si on est prêt à se mettre à nu. Ce n’est malheureusement pas mon cas, alors je me contente de lire.


• J’en viens à vous poser quelques questions que voici :
º Est-il nécessaire d’être publié pour se définir comme écrivain ?
º On dit souvent que pour être un BON auteur , on est forcément quelqu’un de très narcissique. Qu’en pensez-vous ?
º Pensez-vous que n’importe qui peut s’improviser écrivain ?

6 commentaires
()
Bonne question. Je pense que toute personne qui écrit est un écrivain. C’est mon côté bienveillant maman/prof qui ressort, ou étymologiste. Ecrivain : celui qui écrit des ouvrages. Alors oui, du moment où tu écris pour toi, pour les autres, pour personne, tu adoptes cette posture d’écrivain.
Mais il y a deux choses dans ce que tu dis. Il y a "être écrivain" et "être reconnu écrivain". La reconnaissance, c’est autre chose. Et l’étiquette "bon auteur" est pour moi trop subjective pour avoir une réponse universelle. Il y a des auteurs célébrés qui ne mérite pas la palme, pour tout un tas de raisons égoïstes, personnelles, à cause de mes goûts et de mes exigences.
()
Pardonnez la forme de ma réplique mais je vous donne les choses comme elles me viennent ! (propa et questions!)

…On pourrait aussi se demander à partir de combien de ligne est on un écrivain ! Puisqu’il existe des livres très courts…
J’ai envie aussi de me demander si l’on ne devient pas véritablement un écrivain que lorsque l’on est lu ne serait-ce que d’une seule personne ! Autant dire que d’être lu de personne et écrire des livres ne ferait pas alors de nous vraiment un écrivain… puisque écrits vains…

Je pense que n’importe qui peut s’improviser écrivain mais pour faire éventuellement n’importe quoi. Cela dit on trouve toujours preneurs de n’importe quoi comme en matière de tableau d’artiste, le goût et les couleurs ça ne se débat pas !

Pour le narcissisme, par expérience personnelle et mon intérêt pour certain auteur je dirais pas forcément j’aurais même plutôt tendance à penser que l’écrivain peut être une personne très généreuse au contraire…
()

Hmm. Il me paraît compliqué d’accorder le titre d’écrivain à quelqu"un qui n’a JAMAIS rien publié. Je pense que c’est le minimum.

Néanmoins, on peut tout à fait reconnaître des qualités d’écriture à des personnes qui ne se revendiquent pas du métier et qui pratiquent d’ailleurs l’écriture ponctuellement ou non, mais cela ne légitime pas pour autant le statut d’écrivain.

Pour moi, on peut difficilement s’ériger en écrivain "professionnel", sans faire l’expérience de l’édition et de la production. Au-delà du cas spécial de l’auto-édition, l’écrivain est tributaire professionnellement de la ou les maison(s) d’édition et de son devoir de production qui le lie à celle(s)-ci.

C’est par le contrat que l’ecrivain gagne son statut professionnel. A ce stade, le caractère qualitative et quantitative ne rentre même pas en compte. D’autant qu’on a toujours recourt aux "nègres" et aux écrivains fantômes. La pratique semble même avoir pris du galon.

Au même titre que certains chanteurs, musiciens, paroliers ou politiques exploitent d’autres talents pour faire valeurs les leurs, nombreux pseudo-auteurs font appellent à des écrivains pour pondre leur bouquin.

Bien évidement, il a y pleins d’ecrivains qui ne vivent pas de leur production, mais qui ne sont pas moins écrivains à mes yeux.

A contrario, j’ai aussi trois personnes dans mon entourage qui ont produit leur livre en auto-édition (par défaut plus que par militantisme) mais qui ne se revendiquent nullement écrivains.

()
Hu?
()
Merci de ne pas divulguer les pseudos dans les articles publics.
()
N’importe qui ne peut pas se dire écrivain. Écrire juste en alignant les mots ne suffit pas je pense.

Je ne sais pas s’il faut être très narcissique. Mais en tout cas il faut aimer s’écouter un minimum, ou apprécier relire ses pensées.

Être publié peut être gage de qualité car il y a des exigences pour une publication. Mais ce sont aussi des codes de vente. Il est possible de ne pas être publié non par souci de qualité mais de thème abordé qui n’est pas forcément vendeur.
(Vous n'avez pas (encore) les droit necessaire pour répondre à cette article)
© 2003-2022 [paranoïaque] - Réseau social discret -