PROPAGANDE

L'année la plus difficile...

Posté par n°58713 le 21/04/2022 pour le secteur DMZ
🌍 Article public ⸱ Validé par n°87526 ⸱ 66 lecteurs

...de ma vie d'entrepreneur.

L'histoire de ma vie est celle que je vis en ce moment. Quand on est indépendant, sous quel statut que ce soit, les premiers mois, tout tourne autour de l'entreprise. La vie sociale n'existe plus et il faut pouvoir avoir un maximum de soutien personnel pour tenir le cap professionnellement. Mener sa barque tout seul, tenir bon et ne pas flancher, la réalité de l'entrepreneur les premières années sont souvent catastrophiques...

Pour moi, la première année a été psychologiquement difficile.
On ne nous forme pas à devenir chef d'entreprise, on y est lancé, comme ça.

Le 1er octobre 2013, il est 9h du matin, j'arrive dans mon bureau, je m'assieds sur ma chaise, j'allume mon PC et j'attends...
Les premiers mails sont arrivés, eux, une semaine après l'ouverture. Ce n'était pas des clients, c'était du recrutement. Déception !

Les premières demandes sont arrivées vers mi-octobre. Malheureusement, rien n'a jamais abouti.

Les remises en question sont fréquentes. Je pense que je vendais mal mes services et que je prenais trop de temps à expliquer mes méthodes, ma philosophie. Il fallait que j'existe vite et que je cherche l'adhésion du client ! Mauvaise pioche ! Ce n'était pas à moi d'aller chercher le client, mais au client de me dire ce qu'il attendait de moi !
Indépendant, oui ! Mais travailleur social avant tout.
Proposer un service de soutien scolaire amélioré avec un suivi différent, c'est compliqué à faire avaler !

Le premier client arrivera en novembre. Je suis fier de moi, mais je foire le contrat tellement je suis stressé.
Le deuxième client arrivera mi-novembre. Pas le droit à l'erreur.
Normalement, tout se passe bien, 4 ans après, la petite est encore suivie chez moi.
Le troisième client lui, se pointe début décembre.

Je tourne à 5 heures de cours par semaine, pas assez pour vivre !

Janvier 2014, je fais un point sur les finances, mon fond de roulement, je commence à rogner sur les fonds privés, je suis incapable de payer les courses "conjugales" et je commence à perdre confiance.
Je garde le cap, je serre les fesses jusqu'à mi-mars.
Mon agenda se gonfle de quelques cours, mais pas assez pour en vivre. Je continue à rogner sur les fonds privés, les économies fondent comme neige au soleil. Mon capital de départ est déjà parti pour payer les factures...
Il faut prendre une décision et vite !

Avril 2014, je signe ma rupture de bail professionnel en demandant qu'au bout des 6 mois de délais, je puisse rester si les choses venaient à s'arranger !
Fin avril 2014, je fais une rencontre qui changera ma vie ! Je deviens modérateur sur un groupe de ventes de ma région. Je passe un deal avec l'administrateur et je peux inoculer ma publicité quand je le veux !
Je recommence à sortir et je rencontre les bonnes personnes. 1 client, 2 clients, 3 clients, mes disponibilités commencent à s'amoindrir, mais le mal est fait !

La boîte vivotte jusqu'en décembre 2014, où, à force d'avoir puisé dans les économies, il ne nous reste plus rien. Le découvert s'accumule, la banque refuse de nous laisser un délai. Les factures se sont accumulées, on commence à nous noyer tout seul !
Mes parents m'avaient déjà donné un capital conséquent pour l'ouverture. Le seul moyen de débloquer la situation est qu'on puisse trouver de l'argent pour payer notre loyer de l'appartement, ce qui nous laissera quelques semaines pour respirer !

Mes parents acceptent (merci <3) !
Mi-décembre, je suis contacté par le journal local afin de présenter un groupe que j'avais créé sur la parentalité et j'en profite pour demander une interview afin de parler d'E-Rêka ! Interview acceptée !

Le chiffre d'affaire de 2014 est loin d'être ce que je voulais, mais l'article dans le Républicain Lorrain m'a permis de faire rentrer plus de clients.
Janvier 2015 démarre sur les chapeaux de roue et nous commençons à revoir le bout du tunnel. Il aura fallu 2 mois de plus pour tout remettre à plat et recommencer à vivre en faisant un tas d'économies sur tout !

Tout ça pour dire que quand on s'installe à son compte, les premier/e/s mois/années sont psychologiquement durs à vivre !
J'ai eu la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment, des proches à l'écoute et supers compréhensifs !
Ne rien lâcher, toujours avancer et prendre les mains tendues !
Faut avoir les épaules et les couilles bien accrochées pour avancer.
On se prend des murs, beaucoup, mais au final, on en apprend sur nous et sur notre façon de voir les choses !

Bonne journée

Twix

30 commentaires

Merci pour ton témoignage.
Dur dur ... mais tu y es.
Les rencontres peuvent parfois ouvrir de jolies portes.
Félicitations à toi. Vivre de ce qui nous anime et en plus de ce qu'on a toujours voulu.
C'est magnifique.
Je ne suis pas étonnée de lire ton commentaire. En rentrant en Belgique en octobre 2021, j’avais pour but de trouver un mi-temps et de me lancer à titre complémentaire. Mon mi-temps s’est malheureusement arrêté et la question d’être indépendante à temps plein s’est posée.

J’avais fait tous mes calculs, je devais me lancer en avril (histoire de ne pas payer un trimestre pour rien) et la guerre est arrivée, avec l’augmentation du carburant, de l’énergie, toussa toussa.

Du coup, j’ai décidé de ne pas me lancer car je sais que je n’ai pas assez d’économies pour survivre les premiers mois. Et vu que mon boulot, c’est une passion mais pas une nécessité, la première chose que les gens font quand ils n’ont pas de sous, c’est arrêter ce qu’ils peuvent. Autrement dit, ce n’est pas un contexte dans lequel on peut se lancer en tant qu’indépendant dans les chevaux.

Du coup, je recherche en tant que salariée et peut-être qu’un jour je me lancerai. On verra
Dommage qu’on soit limité dans les commentaire -_-

Du coup, je continue ce que je disais :

Et pour la préparation mentale, ça ne m’étonne pas non plus. De mon côté, je fais de la vente directe et ça nous apprend bien à devenir entrepreneur. Ça n’a pas l’air comme ça mais c’est tout un esprit à développer, une façon de penser à adopter pour pouvoir réussir.

Car la réussite (contrairement à ce qu’on croit) ne tient qu’à nous. Il faut persévérer, remonter les coups durs et sans cesse se remettre en question/se former.

Un jour on m’a dit :
« Ce n’est pas qui tu connais qui est important mais qui te connaît ».

Et cette phrase est tout à fait vraie. Tu le prouves d’ailleurs avec tes rencontres qui t’ont permises de faire décoler ton business.

En tout cas, bravo pour ta persévérance, bravo pour ta réussite et bravo pour les années à venir !
Merci pour cette tranche de vie sans masque ! :)
Merci pour ce partage Twix.
Je te rejoins un peu car depuis juin 2020 je me suis mis en indépendant complémentaire. Alors, à une autre échelle, je confirme tes propos. Pas facile d"évoluer mais quand on a l"envie et qu"on rencontre les personnes au bons moments, on sait s"en sortir. Mon activité se déploie au fil du temps et je ne peux que m"en réjouir.
Je ne savais pas que vous étiez autant à être entrepreneur !
On devrait ouvrir un secteur pour nous, avec des conseils et des bons plans entre TPE-PME.

D'ailleurs, pour compléter mon propos, le COVID m'aura fait revivre mes débuts, la reprise m'a ramené 8 ans en arrière et ça fait bizarre de se dire qu'il faut presque tout recommencer.
Bon, là, ça va mieux, on a récupéré le rythme d'avant COVID, mais ça fout les boules de se dire qu'on peut tout perdre en l'espace de quelques mois :D (comment ça, je ne rassure pas ceux qui veulent se lancer ?)
Twix, on m"a rit au nez quand j"ai lancé mon activité en juin 2020... En pleine période de Covid. Ben ça a marché du tonnerre ^^
Cette propa me parle puisque je commence à réfléchir à la date d'ouverture de mon cabinet, aux possibilités en visio, aux tarifs... Mon école nous accompagne beaucoup mais ton témoignage me sera utile.

Complètement pour la création d'un tel secteur :o
C'est quoi ton activité Loulou?
__________________________________

J'avoue que j'aime avoir une sécurité personnellement. Mais c'est des situations comme ça qui nous forge aussi.

L'important, je pense, c est de se donner une limite pour ne pas sombrer quand même...

Qui sait de quoi demain est fait. Tant qu'on garde le cap.


Guimic informatique.. Je l'ai saute à la première lecture.

Ce qui est sur, c est que c'est sur seraing.

J'y penserai à l'avenir.
Avec plaisir Sheina ;)
Article très intéressant, puisqu'on a avec ma femme l'envie de monter notre commerce depuis un bout d'années !

On ne l'a toujours pas fait, par peur je pense principalement.

Du coup ton article me parle fortement, et je vois que vous êtes nombreux à avoir passé ce cap également ! :x
Il faut beaucoup de courage pour créer son entreprise.
Tu as persévéré et ça a marché. Bravo à toi.
Mon rêve est d'ouvrir un magasin de jeux (société, en bois, ...) mais déjà je dois m'y connaître davantage et surtout ça me donne pas envie à l'heure actuelle. Je ne me sens pas du tout assez confiante, on n'a de toutes façons clairement pas de budget pour ça non plus.

Vu que notre maison avait une partie commerciale pour le salon de coiffure, je m'imagine bien dans cette partie avec des étagères remplies de jeux
@Cawette J"aime ton idée. Et de faire x fois par mois des soirées jeux avec découverte de nouveaux jeux,.... J"adore ! ;)
Merci Twix pour ton témoignage

Et je dois dire qu'actuellement je suis dans ma première année
premier mois
ha non première semaine !

On verra comment se passera l'avenir, mais OUI il faut perseverer.

Réponse nulle, mais bon j'ai pas assez de recul
Cawette ton idée est proche de la notre :x
Faut aller voir des banques... la confiance viendra avec le temps. Surtout si tu as la passion.

C'est sur qu'avoir un salaire, on se sent plus serein. Que ton boulot avance ou pas, tu es payé (c'est valable pour tout le monde, je désigne personne) à la fin du mois. En tant qu'entrepreneur, tu dois te sortir les doigts du cul pour vivre (ou survivre).

Je le vis en ce moment, faut être acroché à son slip je vous le dis. Mais je ne regrette pas mes choix (pour le moment)

Et puis, même si ca échoue, je me dis que j'ai tenté, alors que si je l'avais pas fait, je m'en serai voulu à la fin de ma vie.

courage !
Enkil, lancez vous d'abord, je le ferai ensuite, vous me donnerez des conseils :))
En lisant tout ça, je me dis que je ne suis pas encore 100% confiant pour devenir totalement indépendant. Mais il y a quand même quelques pistes de réflexion qui permet d"aiguiller sur ce qu"il faut faire et ne pas faire, si un jour j"ai envie de m"y lancer.

Merci en tout cas pour cette propa (et aussi pour autre chose, je ne sais pas si je peux en parler en public) :D
tu seras jamais prêt ;)
C"est-à-dire ?
J'ai envie de dire comme Mahu, je ne sais pas si c'est le même état d'esprit, mais être entrepreneur ou indépendant, je le conceptualise un peu comme être parent :

Tu ne peux jamais savoir à l'avance si tu vas être prêt ou non pour le défi, et tu ne le sauras pas tant que tu n'auras pas sauté à pied joints dedans.



@Mahu : je te rejoins complètement sur l'idée que, au pire, t'as essayé.
Je le dis souvent, c'est un des trucs qui me donne vraiment envie d'avoir mon entreprise à moi : si ça marche et que tu réussis, c'est à toi que tu le dois, parce que tu t'es sorti les doigts du cul. Et si ça ne marche pas, tu ne peux pas mettre la faute sur ton collègue qui branle rien ou quoi ou qu'est-ce. Ça a foiré, c'est parce que tu as foiré ou bien c'est parce que ça ne pouvait pas fonctionner, quoi que tu fasses (Peut-être en raison de mauvais choix).
Mais c'est pas grave, au moins tu as essayé et ça, personne ne peux te l'enlever.
Et Smoky je me retrouve dans tes propos également, j'y réfléchis depuis longtemps et quoi qu'il arrive je ne me sens jamais prêt à 100%.
Voila... Enkil a dit ce que je voulais dire
J'adore lire vos projets et vos réactions.

Comme déjà dit, se planter c'est ok. D'ailleurs c'est plus une expérience qu'un plantage, non ?

Pour le vivre et comme dit enkil : même si tu te plantes, on te forme pas à ça.

Mais bon je comprends qu"on soit pas prêts. Jadis endetté pour les 20 ans à venir
Merci pour ton témoignage!

J'avoue qu'être entrepreneur/indépendante n'est pas quelque chose qui me fait rêver.
Merci pour ton témoignage, Twix !

Effectivement, c'est vraiment difficile, moralement, d'être à son compte.. On oscille constamment entre excitation, dynamisme, créativité, et découragement, dépression, remise en question, dévalorisation.. C'est pas chouette ! Et en même temps c'est tellement génial :')
Mes respects, "ptit loup" ,depuis si longtemps sur ce site ...Ma fille a ton âge, ton parcours de vie est magnifique,

Ma tendresse,

Lady
(Vous n'avez pas (encore) les droit necessaire pour répondre à cette article)
© 2003-2022 [paranoïaque] - Réseau social discret - - 0/1